SOS ! MENOPAUSE EN VUE (7)

Vous êtes complètement ménopausée, vous avez essayé tous les moyens alternatifs mais restez franchement enquiquinée par des bouffées de chaleur, une sécheresse vaginale, une baisse de forme, une chute de libido ?

C’est parti pour le Traitement Hormonal de la Ménopause (THM) !

En pratique, on fait comment ?

Le traitement associe deux hormones :

  • Loestradiol transcutané : Estreva* ou Oestrodose* sous forme de gel, mais aussi des patchs
  • La progestérone micronisée : Utrogestan*, Estima*, Progestan*, Progestérone* et plein de génériques

Il existe aussi des comprimés avec les 2 hormones combinées , mais la progestérone n’y est pas de type « micronisée » et l’oestrogéne se prend, de fait, per os. Enfin, pour tout dire, il y a encore Livial*, une seule molécule, prescription plus anecdotique, pas le recul de l’étude E3N, non remboursé. Pour tous ces THM oraux, je préfère faire l’impasse !

 

L’hormone qui va vous changer la vie, c’est l’œstrogène

C’est sa carence qui est responsable de tous les maux de la ménopause.

Le but est de trouver la dose minimum efficace, c’est pour ça que je préfère la formule gel de l’Estreva* plus maniable qu’un patch.

On commence par 2 pressions/j qu’on peut tartiner le soir sur la peau, où on veut, sauf sur les seins et sur Polo !

Si, au bout de 15 jours, on a encore des bouffées de chaleur, alors on augmente d’une pression, on passe à trois.

Si on a mal aux seins, on baisse d’1 pression, c’est qu’il y en a de trop !

La plupart des femmes sont bien à 2 pressions. Si pour vous, c’est entre 1 et 2 pressions d’Estreva* on vous prescrira plutôt Oestrodose* dont 1 pression =  1 ½  pression d’Estreva*.   Elémentaire, mon cher Watson !

 

Et la progestérone, elle sert à quoi ?

Elle ne sert qu’à protéger l’endomètre, (le tissu qui tapisse l’intérieur de l’utérus) des oestrogènes. En effet, si vous donnez des oestrogènes tout seuls à l’endomètre, il pousse, il pousse et à l’arrivée, vous avez fabriqué un cancer de l’endomètre ! Par contre, si vous ajoutez de la progestérone, il se tiendra à carreau ! Donc, on n’oublie pas son bonbon de progestérone et on le prend bien juste avant de se coucher, car cela peut donner une somnolence (tant mieux pour les insomniaques) et des vertiges. On peut aussi mettre la capsule de progestérone dans le vagin, il n’y a alors aucun effet type vertige et somnolence, tout en conservant, bien sûr, l’effet protecteur sur l’endomètre. Si vous avez subi une hystérectomie, il n’y  plus ni utérus ni endomètre, donc  pas  besoin de progestérone, logique !

 

Est-ce qu’avec le traitement, on aura plus envie de faire des galipettes avec Polo ?

 

Capture d’écran 2013-09-09 à 16.07.59Ah ! Ah ! Voilà la question et c’est tout un programme !

Réponse dans le prochain post !

Hé, hé, ça va être dur d’attendre une semaine …

[well]Prochain post : la ménopause et Polo[/well]

Mam Gynéco, mode d’emploi !

Sommaire

SOS !  MENOPAUSE EN VUE ! (6)

LA MENOPAUSE ET LE THM

Petit rappel pour celles qui auraient zappé le post précédent :

  • La ménopause, c’est un an complet sans règles, même pas une goutte, aux alentours de 50 ans.
  • Si la ménopause est bien supportée, avec des bouffées de chaleur rares ou bien tolérées, pas de déprime, un bon sommeil, une bonne adaptation de la vie sexuelle, alléluia, continuez sans moi, vous avez tiré le gros lot !
  • Si c’est tout le contraire, ou si vous vous dites que vous essayeriez bien le traitement juste pour voir si vous ne pourriez pas gagner encore un petit plus, alors, banco !

Oui, mais vous avez le trouillomètre à zéro avec tout ce qu’on raconte sur le THS !

  • La grande crainte concerne le cancer du sein, car il est exact que des études américaines et anglaises ont montré que de prendre le THS tel qu’il est prescrit dans ces pays-là, multipliait le risque de cancer du sein par 1,6. Or, en France, une grande étude (E3N), qui rassemble plus de 80 000 femmes avec un suivi de 10 ans, montre que si on utilise pour le traitement de la progestérone micronisée, on n’augmente PAS le risque de cancer du sein. On ne le diminue pas non plus, et malheureusement 1 femme sur 9 en France aura à faire face à cette maladie dans sa vie. Il faut aussi comprendre que, si une femme qui a eu un cancer du sein n’a pas le droit de prendre ou continuer un THS, cela ne signifie pas pour autant que celui-ci en est la cause.
  • L’autre crainte est le risque cardiovasculaire. Là aussi, les études américaines et anglaises mettaient en garde. Or, d’autres études ont montré que si on utilise l’œstrogène naturel, le 17 beta oestradiol, par voie transcutanée, on diminuait ce risque vasculaire. C’est logique, puisque les oestrogènes naturels ont un effet protecteur, en particulier sur les risques artériels (AVC, infarctus) avant la ménopause. Pour les risques veineux (phlébite, embolie pulmonaire), c’est plus discuté, ça dépend, en plus du type d’oestrogène, de sa voie d’administration, orale ou transcutanée.

Pour faire simple :

Si vous n’avez pas de contre-indication (cancer du sein, antécédent de phlébite), et que vous supportez mal votre ménopause, ne vous privez pas d’essayer et jugez sur pièce !

Et en pratique ?

Capture d’écran 2013-09-09 à 16.07.59

RDV la semaine prochaine pour tout savoir sur les différents traitements de la ménopause !

[well]Prochain post : tout sur les THM[/well]

Mam Gynéco, mode d’emploi !

Sommaire

SOS ! MENOPAUSE EN VUE (5)

COMMENT TENIR LE COUP EN PÉRIMÉNOPAUSE ?

Du côté des médicaments dits conventionnels

Honnêtement, il n’y a pas grand chose…

Pour les bouffées de chaleur il y a l’Abufène*. Ce n’est pas une hormone, c’est sans contre-indication, disponible en pharmacie, sur ordonnance, et non remboursé.

Pour la sécheresse vaginale, on peut utiliser une crème ou des ovules à base d’oestrogène et un lubrifiant si les rapports sont difficiles

Du côté des médecines complémentaires et de l’hygiène de vie

  • La phytothérapie : on trouve en conseil en pharmacie une infinité de produits. Il associent souvent aux phyto-œstrogènes, dont le plus connu est le soja, des vitamines, des Omega 3, des oligoéléments etc…Il y a peu de contre-indications, en dehors du cancer du sein. L’efficacité est modeste, mais pas nulle, le coût est de 10 à 20 Euros par mois. Faire son choix en fonction des symptômes associés aux bouffées de chaleur : Oméga 3 et Magnésium pour l’humeur, Sélénium comme antioxydant, Vitamine D pour les nonosses et ainsi de suite…
  • L’acupuncture peut aussi vous soulager si vous acceptez de vous faire trouer la paillasse régulièrement
  • L’homéopathie soit sous forme de complexes en comprimés, granules ou gouttes, ou simplement Lachesis 9 CH, 3 granules 3 fois par jour
  • L’activité physique régulière, (ça veut dire au moins 1H30 trois fois par semaine, mais 1h de zoumba, c’est déjà ça !) et une alimentation saine ont prouvé leur intérêt dans les bouffées de chaleur et les troubles de l’humeur.

Bref, va falloir chercher ce qui, personnellement, vous convient le mieux. Paradoxalement, vous verrez, une fois la ménopause installée, c’est plus simple, au moins, on sait où on navigue !

Alors là c’est bon, plus de règles depuis un bail ?

Capture d’écran 2013-09-09 à 16.07.59

 

Bonjour la ménopause !

Pour en savoir plus sur le fameux traitement hormonal de la ménopause, RDV la semaine prochaine !

Mam Gynéco, mode d’emploi !

Sommaire

QUI SE CACHE DERRIERE MAM GYNECO ?

Cela fait maintenant deux ans que nous nous donnons rendez-vous au moins une fois par semaine pour un brin de causette autour des questions de gynéco. Merci à vous pour les plus de 400 000 pages visitées !

Je crois que le temps est venu pour moi de partager un peu de ma vie de femme, de mère, de gynécologue et .. de chroniqueuse ! Et cela tombe bien car FR3 Régions vient de diffuser un petit reportage (4’42 exactement) sur celle dont, pour l’instant,  vous ne connaissez que le pseudo …

Je vous laisse découvrir !

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/emissions/route-67/mam-gyneco-tout-savoir-sur-la-gynecologie-sans-oser-le-demander.html

SOS !  MENOPAUSE EN VUE ! (4)

LA PÉRIMENOPAUSE

Allez, je vous raconte tout sur cette périménopause, que vous sachiez à quoi vous attendre !

C’est une phase qui commence quelques années ou mois avant la ménopause complète : il y a alternance de périodes de cycles normaux ou un peu irréguliers et de moments qui ressemblent en tous points à la ménopause, (pas de règles, bouffées de chaleur, envie de mordre tout le monde), puis c’est reparti comme en 40 pour les ragnagnas!

C’est la période la plus pénible, parce que les hauts et les bas hormonaux c’est épuisant, qu’on se sent changer à la vitesse grand V et qu’il faut continuer à assurer sur tous les fronts (perso, boulot, grands ados, et dodo avec Polo !)

ill sos 3

C’est pas réjouissant cette affaire  … et elle nous propose quoi, Mam Gynéco ? 

Du côté de la Faculté de Médecine, rien de rien, c’est pire que le désert de Gobi, et l’heure du traitement hormonal n’a pas encore sonné. En effet, vos ovaires n’étant pas encore complètement à la retraite, si on vous donne des hormones et qu’ils décident de vous faire le coup du chant du cygne et de se remettre au boulot, juste pour le fun, ça va pas le faire avec le THS = Traitement Hormonal Substitutif (ou THM=traitement hormonal de la ménopause) : surdosage, mal aux seins, saignements etc…Va donc falloir prendre votre mal en patience jusqu’au premier anniversaire de vos dernières règles.

Allez, on va être sympa, si au bout de 11 mois, 29 jours et  11h, vous ne tenez plus, on vous le donnera, le THS !

Avant d’avoir droit au THS, mis à part le gaz ou la noyade, il nous reste une solution ?

 

Capture d’écran 2013-09-09 à 16.07.59

Bien sûr, à découvrir la semaine prochaine !

[well]Prochain post : tenir le coup en périménopause[/well]

Mam Gynéco, mode d’emploi !

Sommaire

LE DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN

CACHEZ CE SEIN QUE JE NE SAURAIS VOIR …

Vous faites partie de celles qui ne savent plus trop à quel saint (sein?) se vouer depuis que la pertinence du dépistage organisé du cancer du sein a été mise en question ? Vous détestez à ce point cet examen que vous passeriez bien votre tour ? Vous aimeriez être sûre que cela vaut bien le coup ?

L’article de synthèse que j’ai écrit pour vous répondra, j’en suis sûre, à la plupart de vos interrogations !

A dimanche pour la suite de la ménopause !